La médiation artistique Arts Plastiques

L’art thérapie consiste à utiliser le processus créatif à des fins thérapeutiques, en accompagnant les personnes et leurs créations dans un parcours symbolique au service du développement de la personne vers un aller-mieux.

La médiation désigne ce qui a fonction de tiers, qui permet de créer un espace de communication entre deux personnes.
Elle désigne l’utilisation de la création ou de l’expression artistique dans un objectif autre qu’esthétique.
Dans la médiation, le médium, la discipline artistique (peinture, terre, danse, théâtre…) est utilisé dans un objectif thérapeutique, relationnel, de lien social…

Le résultat artistique n’en est donc pas l’objectif principal mais plutôt ce que l’utilisation de ce médium permet en rapport aux objectifs visés.
Ma spécialité est médiation en arts plastiques (collage, peinture, dessin, utilisation de matière et outils divers…).
Mais d’autres médiations ponctuelles type musique, relaxation, écriture pourront être choisies et développées en fonction des besoins et objectifs de chacun.

Dans quel but ?

En art thérapie, le but du processus n’est pas artistique.

On ne se préoccupe pas de la qualité ou de l’apparence de l’œuvre finale, la démarche thérapeutique consiste à laisser progressivement surgir ses images intérieures, qui peuvent être autant le reflet d’expériences du passé que de rêves auxquels on aspire.

Le geste créateur fait appel au corps qui se met en mouvement pour créer une œuvre concrète. Dans le même élan, il sollicite l’imagination, l’intuition, la pensée et les émotions. Les images ou les formes ainsi créées, en plus de dévoiler certains aspects de soi, peuvent générer une vision et des comportements nouveaux qui contribueront à un mieux être physique, émotif ou spirituel.

Contrairement à la parole, les images demeurent et servent de fil conducteur.

Mon rôle n’est pas d’interpréter le travail créatif, mais de soutenir le sujet dans sa transformation et de l’accompagner d’une production artistique à l’autre afin d’éclaircir son cheminement.

Les outils mis à disposition serviront de médiums pour accéder aux besoins et envies de chacun dans sa créativité.

Le cadre de l’atelier, lui aussi très important dans l’accompagnement, se devra d’être rassurant, avec les règles de confidentialité et de respect d’autrui toujours présentes.

En aucun cas, l’art thérapie remplace une prise en charge médicale et médicamenteuse mais est un complément thérapeutique.

Bien que la Sécurité Sociale ne rembourse pas les consultations d’un art thérapeute, certaines mutuelles peuvent les prendre en charge partiellement selon le contrat choisi.

Publics concernés

Le public auquel je peux m’adresser peut être en difficulté psychique, physique ou en recherche de développement personnel.

– Les personnes âgées atteintes de pathologies type Alzheimer, difficultés liées au vieillissement
– Les personnes souffrant d’un handicap mental ou psychique (autisme, trisomie…)
– Les personnes atteintes de :

  • maladies mentales (schizophrénie, psychotique…)
  • difficultés psychiques passagères plus ou moins longues (dépression, deuil…)

– En recherche de mieux-être suite à des évènements de vie difficile

L’art thérapie peut s’adresser à tous (enfants à partir de 6 ans, adolescents, adultes, personnes âgées) et doit s’adapter à ces différents publics.
Le cadre de l’atelier sera adapté en fonction de chacun.

Déroulement de l’accompagnement

Premier entretien :

indispensable afin de comprendre ensemble les besoins et objectifs recherchés par la personne. Il permettra aussi de définir les règles de l’atelier ainsi que la rythmique des séances et la durée de l’accompagnement. La régularité est un élément essentiel dans le suivi thérapeutique afin que cela devienne un repère sécurisant.

Déroulement des séances :

– un temps d’accueil
– un temps de relaxation, ou stimulation
– un temps de production
– un temps d’échange ( ou non ) !
– un temps de rangement / séparation

Aucune production ne pourra sortir de l’atelier durant l’accompagnement afin de garder cet instant « privilégié » et cette « distance » nécessaire entre le participant et sa vie à l’extérieur de l’atelier.

Un bilan pourra se faire à mi-parcours si le besoin se fait sentir. Avoir un échange verbal suite à des questionnements personnels permettra à l’évolution du suivi thérapeutique.

Le bilan final :

dernier rendez vous. Il sera le moment de visualiser l’ensemble des productions, de discuter et de partager sur les différents mouvements psychiques et créatifs que la personne a pu ressentir et constater les évolutions tout au long de sa prise en charge.
Lors de ce bilan, le choix sera laissé de repartir avec ou sans les productions. Celles-ci pourront être stockées un an au sein de l’Atelier.